Sur le tarmac du Vendée Globe

En cette période automnale l’activité voile de l’ANCRE est bien au ralentie et c’est le moins qu’on puisse dire. Si le plan d’eau reste ouvert aux activités école, nos déplacements restent plus que limités et les actualités se font rares. Malgré tout, grâce aux médias et au Vendée Globe 2020, il est permis de rêver des bateaux qui volent autour du monde.

Une rocambolesque aventure de l’architecture navale qui s’ouvre aux nouvelles technologies!

La course en solitaire sans assistance sur monocoque, dont les favoris sont équipés de foils et qui permettent d’atteindre des vitesses vertigineuses, se sont envolés le 8 novembre des Sables d’Olonne.

Ce sont donc trente trois bateaux qui étaient au départ, dont six emmenés par des femmes. Chose inédite cette année, le public était absent, néanmoins,  Erwann, notre éducateur sportif de l’ANCRE, était là et a pu nous relater cet envole avec quelques photos.  Comme il y a 4 ans, il assurait le job de sécurité au départ du Vendée Globe qui consistait à sortir les bateaux du chenal, à assister le départ et à suivre la flotte sur quelques milles en pneumatique.

 

Damien Seguin à l’entrainement à bord de l’IMOCA Groupe Apicil au large de Port la Forêt le 26 juin 2020,

Par ailleurs,  avec l’association « Des pieds des Mains », Damien Séguin, premier skipper Handi du Vendée Globe, était présent sur le village. Cette association, engagée dans une démarche d’accessibilité de la voile à tous,  organisait, le 6 octobre, des séances d’apprentissage où 60 jeunes Nantais, Morbihannais, et Vendéens  en situation de handicap pouvaient s’initier.

Sur l’Erdre le club de l’ANCRE s’était mobilisé.